Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer

annee saint joseph

Serémange-Erzange : prier un chapelet avec Saint Joseph

22 Mars 2021 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Année Saint Joseph

Vendredi 189 mars 2021, jour de la fête de saint Joseph, la Communauté de paroisses saint Jean-XXIII du berceau du fer s’est rassemblée vendredi 19 mars à l’église St Joseph de Serémange-Erzange de 16h30 à 17h30.

En cette année consacrée à saint Joseph, une vingtaine de personnes est venue prier pour lui confier leurs vies, leurs familles, leurs joies et leurs soucis spirituels et matériels.

Autour des mystères joyeux, des mystères douloureux, des mystères lumineux, chaque dizaine du chapelet avec saint Joseph, ont commencé et se sont terminé par un « Je vous salue Joseph », car Joseph ne peut conduire qu’à Marie et il nous aide à garder Marie dans notre vie.

Les textes extrait de la lettre apostolique « Patris Corde » du pape François ont émaillé les invocations à saint Joseph, père dans l’obéissance, père de Jésus, protecteur de la famille, père travailleur, Joseph, humble jusqu’au bout.

La Bonne Nouvelle de l’Evangile est de montrer comment malgré l’arrogance et la violence des dominateurs terrestres, ce qui compte, Dieu réussit toujours à le sauver, à condition que nous ayons le courage créatif du charpentier de Nazareth qui transforme un problème en opportunité, faisant toujours confiance à la Providence.
Si quelquefois Dieu semble ne pas nous aider, cela ne signifie pas qu’il nous a abandonné, mais qu’il nous fait confiance en ce que nous pouvons projeter, inventer, trouver.

A l’occasion du 150e anniversaire de la déclaration de Saint Joseph, comme patron de l’église universelle, tout étant lié, Belle et sainte année …de grâce !

Equipe prière@chapelet - Pour prier en chanson :

Cliquer ici  : Avec un cœur de père

Lire la suite

2021 Année dédiée à Saint Joseph

6 Janvier 2021 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Année Saint Joseph

Une lettre à saint Joseph (1/3) : "Mon cher Joseph, quelle équipée cette naissance !"

Cher saint Joseph, À ce sympathique recensement qui tombait plutôt mal vu ton actualité familiale, tu as fait face. Tu aurais pu laisser ta femme et partir seul. Plus simple, plus économique, moins dangereux. Mais que faire d’une vie simple et sans danger ? Tu te savais créé pour davantage. Tu avais conscience de ta responsabilité. Hors de question donc de laisser ta femme accoucher seule. Ta place était d’être là, aux côtés de Marie. Puis d’accueillir ce bout de chou / Sauveur de l’humanité. D’ailleurs, ta chère femme l’a choisi, ce voyage. On ne me fera pas croire qu’elle t’a servilement suivi.

Lorsque, enceinte, on s’aventure pour une route de 120 kilomètres, on a un minimum de conscience (d’attrait) de cette folle équipée et de confiance (d’attrait ?) pour nos compagnons d’aventure.Que j’aurais aimé vous voir, vous suivre, vous accompagner. Trimballer sa femme à dos d’âne, alors qu’elle porte le Sauveur en son sein. Déjà le Fils de Dieu passait au milieu des hommes. Mais tout de même, je suis surpris de l’arrivée.

Comment t’es-tu débrouillé, Joseph, pour te retrouver seul, avec ta femme, ton âne et ton futur Dieu, à chercher d’urgence un lieu où crécher et, au passage, où accoucher ? Il est bien évident que tu avais dû faire tes plans. N’étiez-vous pas partis en groupe, avec une caravane ? N’avais-tu pas visé une fin de voyage moins proche de l’accouchement ? Enfin, bon sang, tu avais dû imaginer des contretemps, des embûches, des contrariétés… et prévoir en fonction. Le Bon Dieu ne met pas Son Fils entre les mains d’un inconscient. Ou alors je ne m’y connais plus en Bon Dieu. Par contre, je m’y connais en contrariétés, en problèmes de tout genre, plus ou moins imprévisibles mais qui nous tombent dessus et auxquels il faut faire face.

Dans notre voyage sur Terre, évidemment qu’il faut tout prévoir… puis vivre joyeusement l’imprévu. Avec Dieu qui est là, à la mesure de la place qu’on lui laisse. Ce qui est beau aussi dans cette histoire, c’est ta première victoire sur le démon. Il savait que le Bon Dieu arrivait, et dans son orgueil s’est évidemment imaginé quelque chose de grandiose, de majestueux, d’impressionnant. Pour déloger le Malin de ce monde, il fallait un Dieu qui en impose. Mais te voilà, toi Joseph, avec un âne et une gamine.

Au milieu de la foule, sans revendiquer quoi que ce soit, alors que tu avais de quoi. Ton humilité fut le parfait bouclier pour protéger la naissance de ce Sauveur chétif. Premier round : démon : 0 ; Joseph : 1.

Mon cher Joseph, quelle équipée cette naissance !

Et ce n’est qu’un début. Bientôt, direction les pyramides. Nouvelle aventure familiale, que l’on abordera en temps voulu. Bien à toi,Joseph

https://r.newsletter2.aleteia.org/

Lire la suite