Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer

Divine cuvée - 2e dimanche du temps ordinaire

16 Janvier 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #méditation

Évangile selon saint Jean (2, 1-11)

En ce temps-là, il y eut un mariage à Cana de Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres). Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord. Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent. Et celui-ci goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais ceux qui servaient le savaient bien, eux qui avaient puisé l’eau. Alors le maître du repas appelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. » Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

DIVINE CUVÉE

On a beau être invités à une fête, donc déchargés de toute responsabilité ou tâche concrète, quand on est attentifs à la vie, on voit bien si quelque chose lui manque. Marie était de ces personnes veillant sur la vie, anticipant ce qui pourrait lui manquer. C’est l’amour qui donne ce regard ample et profond. Et comme c’est d’un mariage qu’il s’agit, la fête de l’amour ne peut être gâchée.

Marie agit donc en se tournant vers son fils, certaine qu’il est la clé de la situation. Marie est d’ailleurs la seule à le savoir. Ses disciples sont avec Jésus sur les dires de Jean-Baptiste. “Voici l’Agneau de Dieu”, leur avait-il seulement dit. Questionné, Jésus les avait simplement invités : “Venez et vous verrez”. Ils sont là, à la fête. La réponse abrupte de Jésus à sa mère semble signifier que la demande n’est pas à la hauteur de la mission de Jésus. L’Heure dont il parle c’est celle pour laquelle il est venu et qui va le dévoiler à tous sur le trône de la croix. Mais il est aussi des “petites heures” dans la liturgie du don. Et Marie le sait bien poussant ainsi son fils à l’action. C’est bien d’alliance qu’il s’agit dans ce mariage, et de célébration de la vie. Entre Dieu et l’homme. Et Jésus est venu pour cela, vivre et célébrer en sa chair l’amour du Père pour tous les hommes. Le sauvetage de l’amour commence ici à Cana, dans l’anonymat d’un mariage qui aurait pu mal commencer. L’écoute de la situation, la lecture divine des événements et l’intercession.

A Cana, Marie nous initie à la lectio Divina, au regard intégral qui veille en tous temps sur la vie, et se tourne vers son enfant, donné pour que le monde ait la vie en plénitude. Ouverte par sa maternité au désir de Dieu, elle s’est ouverte aux besoins des hommes. Quelque chose s’inaugure à Cana. Le service de la vie est en jeu. Marie fait entrer Jésus dans son offrande. Cette eau transformée en bon vin à profusion est le fruit du pressoir du cœur de Marie. Il est le fruit du pressoir par lequel Dieu lui-même a choisi de passer pour nous donner de son cœur, pain et vin, nourriture pour la vie éternelle. La mère et le fils… merveilleux tandem à l’œuvre pour la joie de tous.

Ce jour-là ce n’est pas seulement une fête qui a été sauvée, c’est la porte du ciel qui s’est ouverte, accessible à tous ceux qui, comme Marie, savent que Jésus est là et que toute chose peut se transformer sous son action. Á commencer par nous qui pouvons devenir sa chair et son sang, sa présence continuée sur cette terre qui a tant besoin de sa bonté. “Faites-tout ce qu’il vous dira”, enjoint Marie… Elle vient d’embaucher ses diacres de l’espérance, pour le service de la table des affamés et des assoiffés de justice.

Cet appel, c’est pour nous aujourd’hui. Devenons les témoins émerveillés de sa grâce qui sourd de nos jours les plus enténébrés, les serviteurs de la confiance, les discrets agents de la bonté et de la joie pour tous.


 
Equipe Evangile&Peinture - Marie-Dominique Minassian – Bernadette Lopez

Lire la suite

Prière universelle 2e dimanche de Temps ordinaire

15 Janvier 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Prière Universelle

Prions pour l’Église. Le mardi 18 janvier, s’ouvre la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Que chacune des confessions chrétiennes unissent leurs voix et leurs cœurs pour demander avec insistance à Dieu notre Père d’exaucer la prière de son fils Jésus : « que tous soient uns. » Seigneur nous te prions.

Pas facile aujourd’hui d’engager son existence sur le pari fou de l’amour. Apprends aux jeunes couples à dépasser leurs difficultés et à construire, jour après jour, une vie à deux où chacun trouve sa place, Nous t’en prions, Seigneur
 
Prions pour tous ceux dont la vie est profondément et durablement perturbée par la pandémie ; prions pour tous ceux dont le métier est d’apporter des réponses et des soulagements aux détresses et aux peurs de chacun. Seigneur nous te prions.

Au-delà des divisions de notre communauté, Apprends-nous à nous apprécier dans ce qui nous rassemble mais aussi dans ce qui fait nos différences, Nous t’en prions, Seigneur


Equipe PU@Peinture – Pierre Lemaire – M-M Peters – Peinture Bernadette Lopez
 

Lire la suite

Prière universelle Baptême du Seigneur

9 Janvier 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Prière Universelle

Pour l'Église. Donne-nous le courage d'élever la voix avec force, pour dire au monde la bonne nouvelle de Dieu pour aujourd'hui, Nous t’en prions Seigneur 

 
Pour le monde. Que nous sachions aplanir les routes, combler les ravins, abaisser les collines pour favoriser la rencontre avec Dieu, Nous t’en prions Seigneur
 
Pour ceux qui traversent l'épreuve. Que la force du baptême les fasse renaître et les renouvelle dans l'Esprit, Nous t’en prions Seigneur
 
Pour tes fidèles. Seigneur Jésus, par ton baptême, tu as éveillé tous les baptisés à la venue de l’Esprit Saint et à l’écho de la voix du Père. Accorde-leur, de répandre autour d’eux la lumière de ta Bonne Nouvelle, Nous t’en prions Seigneur
 
Pour notre communauté, pour ceux qui demandent le baptême et pour ceux qui les accompagnent. Creuse en nous tous le désir d'aimer et de te servir, Nous t’en prions Seigneur


Equipe PU@Peinture - Marie-Madeleine Perters

Lire la suite

Méditation baptême du Seigneur

9 Janvier 2022 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Méditation, #Méditation Dominicale

Évangile selon saint Luc (3,15-16.21-22)
 

En ce temps-là, le peuple venu auprès de Jean le Baptiste était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ. Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi. Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. Comme tout le peuple se faisait baptiser et qu’après avoir été baptisé lui aussi, Jésus priait, le ciel s’ouvrit. L’Esprit Saint, sous une apparence corporelle, comme une colombe, descendit sur Jésus, et il y eut une voix venant du ciel : « Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. »

ATTESTATION CÉLESTE
Jean-Baptiste attire à lui les foules. Pas pour se les annexer, se les approprier, mais au contraire pour préparer le chemin d’un autre, tourner les cœurs vers celui qui vient. Jean-Baptiste n’est pas un imposteur, mais un précurseur. Son être est totalement tourné vers sa mission de préparer la rencontre du peuple avec son sauveur. Il n’est pas mis en doute par l’attente de ceux qu’il rencontre, prêts à l’investir de tous les titres. Il ne détourne rien mais réoriente. Admirable Jean-Baptiste qui va baptiser celui que lui-même attend et voir comme tous le ciel s’ouvrir

Jésus n’est pas venu du ciel mais du peuple. L’attente des hommes a été entendue. Dieu a écouté du plus profond de l’homme jusqu’à devenir l’un d’entre eux, pour être parmi eux, la clé du ciel. La prière de Jésus est venue embrasser le désir de salut déposé dans le cœur humain. Elle trace désormais l’arc en joie qui relie Dieu et l’homme. Dieu s’est fait proche en Jésus pour que l’homme trouve aussi sa joie en Dieu. La note essentielle est dévoilée

L’Esprit Saint messager de la joie, attend chacun de nous. Le baptême réalisé par le geste de l’eau inaugure une vie reliée, une vie d’alliance marquée par la joie réciproque de l’amour. Le ministère de l’amour et de la joie nous ont été confiés. Où en sommes-nous de cette joie reçue, de cet amour paternel offert ? Où en sommes-nous de notre filiation du ciel? Beaucoup sur terre attendent la joie déposée en nous pour tout le peuple. Jésus le savait. Il n’a pas refusé cette vie-là. Il l’a embrassée jusqu’à la croix. La vie pascale démarre là: pour que le monde ait la joie et qu’il l’ait en plénitude.

Viens Esprit Saint, viens nous embraser


Equipe Evangile&Peinture - M-D Minassian - Peinture Bernadette Lopez
 

Lire la suite