Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer

Méditation Fête de la Sainte Famille de Dieu

30 Décembre 2023 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Meditation

Evangile de Jésus Christ - selon saint Luc (2,22-40)

Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes.

Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. »

Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »

Anne, femme prophète

Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de 84 ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

Dieu fait merveille

Une terre, une famille, un peuple, des coutumes, une religion, voilà ce que Dieu veut pour son Fils. À la fois le meilleur et le plus simple pour signifier l’incarnation. Joseph et Marie vont fuir Bethléem pour rentrer chez eux par un autre chemin. En passant par l’Égypte, ils offrent un cadeau merveilleux à leur enfant : parcourir le chemin du peuple de Dieu arraché à une terre d’esclavage pour aller vers la Terre promise. 

La fête de la Sainte Famille nous rappelle tout cela. Marie et Joseph vont au Temple accomplir leur mission de parents et présenter à Dieu leur enfant. Par le don total de sa vie, l’enfant sera Lumière pour tous les peuples. Les mots de Syméon peuvent étonner et surprendre, mais ils s’inscrivent déjà dans la dynamique pascale qui éclaire à jamais les ténèbres de l’humanité.

Voilà Syméon comblé par la présence de celui que son peuple attendait. Syméon, qui a toujours cru en la promesse de voir le salut avant de mourir. C’est la fidélité de cet homme qui permet à Dieu, dans l’Esprit, de l’exaucer.

Au Temple, l’offrande de Joseph et Marie nous indique déjà le don total que le Christ va faire de sa vie. Toute sa vie va s’inscrire dans la promesse faite à Abraham, dans la foi d’Abraham, une foi qui rend toute chose possible pour Dieu et avec Dieu. C’est la foi de Marie, celle de Joseph ou la nôtre. 

Famille Vernet - Roger

Quand Jésus est présenté au Temple, nous sommes nous aussi invités à offrir à Dieu notre vie, la vie de nos enfants, la vie de nos proches. Grandir dans la paix et dans l’amour du Seigneur. Que désirer de plus pour nos enfants et pour nos familles ? Dieu lui-même a choisi de vivre en famille, cette école de vie, au fil des jours, au rythme des repas partagés, des échanges de paroles et de services et de l’amour. Nos familles sont école et chemin de sainteté.

Un chemin d’émerveillement s’ouvre à nous. Dieu ne cesse de faire merveille en notre humanité. Magnificat !

 

Equipe Méditation@Evangile - Benoît Gschwind, prêtre assomptionniste – Extrait de PrionsenEglise  Peinture Bernadette Lopez - Fribourg

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article