Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer

LITURGIE ANTICIPEE - Fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ - 6 juin 2021

6 Juin 2021 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Méditation Dominicale

La page d’Évangile en ce jour de la Fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ nous donne d’assister à la toute dernière Pâque de Jésus. Ses disciples sont dans le souci d’organiser cette fête pour lui. Ils ne le savent pas encore, mais du côté de Jésus, c’est une autre Pâque à laquelle il se prépare. La table, d’ailleurs, est déjà prête. Il ne manque que les convives.

Les disciples ne le savent pas, mais eux-mêmes assistent à une liturgie anticipée dont la symbolique va traverser le temps et l’espace, éternisant les mots et les gestes prononcés par le maître. Ils nous parviennent aujourd’hui et nous les revivons sans parfois en percevoir toute la portée. Jésus ce jour-là modifiait durablement le sens de la fête la faisant passer de l’extérieur à l’intérieur, du rituel à l’existentiel, du symbolique au réalisme du don qu’il est en train de faire de sa vie.

L’Agneau c’est lui, pur et sans tâche. C’est lui qui se donne en nourriture pour nous. C’est lui qui est en souci de nous tous. Son corps et son sang, voilà ce qu’il nous offre par anticipation pour que nous vivions de ce don. Jésus transforme le récit des événements avant même qu’ils aient lieu. Sa mise en croix sera exposition, offrande du juste portée à la vue de tous. Son corps et son sang seront nourriture pour tous les temps, liturgie sans fin offerte à tout disciple croyant à l’amour tout-puissant.

Nous ne savons pas toujours ce que nous faisons en célébrant chaque jour ce don, mais il nous transforme peu à peu et nous offre de devenir nous aussi nourriture pour tous ceux qui nous entourent. Son corps et son sang sont pour tous. Les disciples sont chargés de ces dons non comme des insignes mais comme un élan et un bouleversement que la répétition ne saurait édulcorer.

Recevoir Jésus nous rend responsable du repas et de la table de banquet dressée pour tous. Il nous marque de son grand désir que nous ayons la vie en plénitude. Pas seulement nous, mais le monde, celui-là même qui l’aura crucifié après l’avoir acclamé. En offrant ainsi sa vie, Jésus a dressé la table éternelle du pardon. Elle est désormais à portée de main et de bouche, pour consommation immédiate et joie perpétuelle.

Béni sois-tu Seigneur pour tant d’amour ! Communier c’est vivre de ce don originel et faire profession de partage. Don et pardon passent désormais par nous. Le Royaume est tout proche...
 

Equipe Evangile&Peinture – M-M Minassian – Peinture Bernadette Lopez

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article