Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de l'EAP et des paroisses du Berceau du fer
  • Le blog de l'EAP et des paroisses du Berceau du fer
  • : Paroisse catholique St Martin Hayange, Communauté paroisses du berceau du fer, Serémange, Neufchef, Ranguevaux. Messe, baptême, mariage, communion, Secours Catholique. Prières universelles...
  • Contact

Notre Dame de Hayange

dame 3

Recherche

25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 07:50
Je connais mes brebis

Chaque année, lors du 4e dimanche de Pâques, la liturgie nous parle du bon pasteur, symbole du berger qui conduit son troupeau et qui est présent dans tout l’ancien orient, pour désigner les rois et les chefs de clans. Dans la Bible, cette image s’applique aussi à Dieu, le pasteur de son peuple. Jésus lui-même se présente comme «le bon pasteur.» qui permet à ceux et celles qui lui sont confiés de «vivre pleinement» : «Je suis venu pour qu’ils aient la vie, et qu’ils l’aient en abondance».

St Jean, dans son évangile, met l’accent sur l’individualité de chacun et l’importance que nous avons pour Dieu. «Je suis le bon pasteur. Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent». Lorsque quelqu’un est important pour nous, nous connaissons son nom, qu’il s’agisse des membres de notre famille, de nos amis, de nos collègues, des gens de notre entourage. La connaissance d’une personne nous permet de l’aimer et de la respecter.

La haine, par contre, détruit l’individualité, et regroupe les gens en leur donnant une étiquette négative. Les préjugés et la haine réduisent un groupe à une étiquette, une abstraction. On ne connaît plus le nom des personnes, ils n’ont plus de visage, nous ne savons plus qui ils sont. La gestapo tatouait un numéro sur le bras des prisonniers juifs. Ils n’étaient plus des individus mais des ennemis de l’état, sans visage, sans personnalité propre. Ils devenaient des prisonniers avec un numéro d’identification. Les numéros et les catégories rendent la haine, la torture et le meurtre plus facile.

Dans l’évangile d’aujourd’hui, le Seigneur refuse cette négation de la personne. Il connaît ses brebis et il les appelle par leur nom. Le bon pasteur est le Dieu des Juifs, des Samaritains, des Musulmans, des Hindous, des Chrétiens : «J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie.» Le bon pasteur est celui qui se préoccupe, qui prend le temps de connaître, qui répond aux besoins d’une personne à la fois : Marie Madeleine, Zachée, la cananéenne, le bon larron, le paralytique, la samaritaine, le lépreux, Nicodème, l’aveugle de Jéricho, etc.

En ce dimanche du bon pasteur et de prière pour les vocations, nous sommes invités à marcher dans les traces du Seigneur, à sortir du confort et de la rigidité du moi pour centrer notre vie en Jésus Christ, à mettre les pas de notre existence dans les pas de Jésus, et du dévouement généreux aux autres ! Soyons donc de bons pasteurs pour les gens autour de nous, notre vie en deviendra chaque jour plus riche et plus joyeuse !

Extrait de la réflexion sur l'évangile par le Père Yvon-Michel Allard

Partager cet article

Repost 0
Published by E.A.P - dans Méditation
commenter cet article

commentaires