Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer

Va travailler aujourd'hui à ma vigne

27 Septembre 2014 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Va travailler aujourd'hui à ma vigne


Le Christ nous rappelle aujourd’hui dans l’évangile du 26e dimanche que ce qui compte dans la vie, ce ne sont pas les belles paroles mais les actes. On juge quelqu’un sur ce qu’il fait et non pas sur ses bonnes intentions. C’est le fils qui finit par aller travailler dans la vigne qui fait la volonté de son père.

Dans nos sociétés modernes d’aujourd’hui, l’un des drames de la vie sociale se produit lorsque la parole donnée cesse d’être fiable, de se traduire en actes, lorsqu’on perd confiance dans ce que disent les autres. C’est alors, que nous ne croyons plus aux discours des politiciens, aux promesses de la publicité, aux jugements de certains journalistes. La parole donnée semble avoir perdu sa valeur et, en conséquence, la confiance dans nos représentants, dans nos institutions disparait. Même dans la vie familiale, tout semble fragile et provisoire. Les promesses et les engagements sont de courte durée.

Dans ses orientations, le christianisme est exigeant et notre foi chrétienne ne doit pas être une foi de paroles seulement, mais une foi active qui influence tous les aspects de notre vie : la famille, le travail, les loisirs, les relations avec les autres… Le christianisme nous renvoie à nos responsabilités quotidiennes. Il s’agit de «faire» d'en « vivre » et non de «dire».

Dans notre vie, il est toujours temps de se reprendre. Quelle que soit notre histoire, quels que soient nos refus précédents, un changement est toujours possible. Avec Jésus nous ne sommes jamais enfermés dans notre passé. Nous avons toujours une deuxième chance. Personne n’est figé dans ce qu’il a fait auparavant. L’avenir reste ouvert.
Pour Dieu, personne n’est étiqueté ou figé dans le temps. Il n’y a que des hommes et des femmes en pleine évolution qui avancent ou qui reculent. Les publicains et les prostituées ne sont pas meilleurs que les autres, mais ils entrent dans le Royaume parce qu’à un certain moment, ils ont changé de direction, ils se sont convertis.

La parabole des deux fils est un appel au changement et au renouveau. Dans la vigne du Seigneur, il y aura toujours de la place pour ceux et celles qui répondent à son invitation. C’est ce qui est arrivé à Zachée, Marie Madeleine, la Samaritaine, et tant d’autres.

Va travailler aujourd'hui à ma vigne

Les jeux ne sont jamais faits. Il est toujours possible de changer, de repartir à zéro et de nous engager dans les voies de Dieu, c’est-à-dire - pour utiliser les mots de la parabole de l’évangile - de changer d’opinion et d’aller travailler dans la vigne du Seigneur à l’image d’un Vincent de Paul que nous fêtons aujourd’hui et qui n’a pas dit “oui” sans engager toute sa vie. Il a lutté contre la foi de façade de certains chrétiens du dimanche, contre les injustices envers les plus pauvres, il a lutté pour améliorer le sort des galériens et des prisonniers et pour secourir les enfants abandonnés, il a lutté contre le manque de sérieux de la formation des prêtres, et, en haut lieu, contre les ravages de la guerre. Comme lui Passons “de l’amour affectif... à l’amour effectif !”

26e dimanche du temps ordinaire
Extrait du Père Allard cursillos.ca
Peinture Fernand
Léger

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article