Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer

Méditation sur l'Evangile du 13e dimanche du Temps Ordinaire

2 Juillet 2023 , Rédigé par Espace Liturgique Publié dans #Méditation Dominicale

Évangile selon saint Matthieu (10, 37-42) 

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera. Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. »
 

INSURPASSABLE AMOUR

Dans l’Evangile de ce jour, Jésus ne veut certainement pas nous dire que les liens d’amour dans la famille sont mauvais. 

Car vivre, c’est d’abord recevoir la vie, accueillir l’amour. 
Nous sommes le fruit d’un don… Et ceux qui nous ont engendrés ne sont eux-mêmes que des relais de la seule Source créatrice de la vie : Dieu plein d’Amour. 
Jésus le rappelle souvent : « Vous n’appellerez personne du nom de père sur la terre, car vous n’en avez qu’un seul, le Père des cieux. » (Mt 23,9) 

« Dis-moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es. » Georges Convert 
Si tu ne côtoies jamais des gens simples, tu te prives d’une grande richesse. Si tu ne fréquentes ni l’immigrant dénué de tout, ni le malade chronique, ni la personne âgée solitaire, tu risques fort de ne pas rencontrer Jésus en vérité… 
Tes relations courent le danger d’être marquées du sceau de la rentabilité. 
Tu seras alors loin de la gratuité et donc bien loin du Père Divin. 

C’est ce que pressentent des jeunes plongés dans ce monde de la consommation et de la rentabilité où tout se paye et se mérite jusqu’à la paralysie du don et du spontané. N’est-ce pas ce besoin de gratuité qui nous amène à trouver le temps d’être bénévoles ? Quand nous nous donnons des espaces de gratuité, nous trouvons le chemin de la liberté qui seul mène à la joie et à la rencontre de Dieu. 

Inspire-nous Seigneur ce que nous devons penser, 
ce que nous devons dire et comment nous devons le dire 
afin que nos paroles et nos actes rendent toujours compte 
de notre attachement inconditionnel à ta Parole.

Pour ce temps de vacances, lisons (sur le bas de la page 4 du feuillet) le petit texte de Paul Clavier, professeur et docteur en philosophie - Panorama de juillet-août 2018) Je fais un rêve : 
"Pas de violence, c'est les vacances !"

À défaut de vacances de rêve, faisons un rêve de vacances, faisons-le à la manière de Martin Luther King. Je fais le rêve que tous les belligérants partent en vacances, qu'ils prennent congé des armes, troquent leur gilet pare-balles contre une chemise à fleurs.

Je fais le rêve « qu'amour et vérité se rencontrent. Justice et paix s'embrassent » (psaume 84-85), que nous marchions dans les voies d'une économie solidaire.

Je fais le rêve que la personne migrante ne soit plus vue comme problème ou menace, mais comme l'occasion de grandir dans la joie de l'accueil.

Je fais le rêve que toute ma colère, mon amertume et mon pessimisme partent en RTT, et ne reviennent jamais. Je fais le rêve que mon désir d'être aimé pour ce que je ne suis pas s'éteigne, et que j'accepte enfin d'être aimé tel que je suis.

Je fais le rêve de mettre en vacances mon petit moi gonflé de peur et de revanche, et d'accueillir une nouvelle façon d'être moi.

Je fais le rêve que chacun puisse trouver le moyen de refaire ses forces, de respirer sa vie en contemplant la beauté d'un paysage accessible et désencombré.

Je fais le rêve enfin de ne plus rêver seulement mais d’œuvrer à des vacances réconfortantes qui n'oublieraient personne.

 

Equipe Méditation@Evangile – Extrait de l’Echo d’Ozanam N°358 – Vincent Ravince spiritain – Peinture Bernadette Lopez

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article