Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'Equipe d'Animation Pastorale du berceau du fer

Notre transfiguration

16 Mars 2014 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Seraphin-de-Sarov Web


Lorsqu’un homme est totalement donné à Dieu, totalement disponible à Dieu, et Jésus seul l’a été, cela transparaît sur son visage et dans son corps. C’est peut-être une expérience de cet ordre qui est à l’origine du récit de la Transfiguration. 
Lorsque Jésus se met en prière sur la montagne, les trois disciples le voient autrement, entouré de lumière.

La tradition chrétienne a connu, et nous peut-être aussi, des regards, des visages de saints d’où émanait à certains moments une « lumière incréée », comme le disent les orthodoxes, une lumière qui manifeste quelque chose de la vie d’union avec Dieu qui habite ce corps.

Et pourtant ce corps a tout en commun avec le nôtre. C’est dans une chair semblable à la nôtrearton236-2c863 que se manifeste la gloire de Dieu. Ce que nous pourrions prendre pour une manifestation exceptionnelle de ce qu’est cet homme unique, Jésus, est tout autant une révélation de ce qu’est le corps humain, lorsqu’il se laisse habiter par la présence de Dieu : un temple. Le temple dont parlait Jésus, c’était son corps, souligne saint Jean, et saint Paul en tirera pour nous les conséquences :« votre corps est un temple du St-Esprit ».

Ne regardons donc pas la scène de la transfiguration comme un prodige qui ne concernerait que Jésus. Osons la regarder comme la révélation de ce qu’est le corps humain dans le projet de Dieu : un temple. Mon corps est un temple, le lieu où Dieu est adoré, où il est présent. La communion au corps du Christ, à la messe, nous rappelle cela de manière particulièrement forte : le tabernacle, le lieu de la présence sacramentelle du Christ, c’est aussi mon corps après la communion, c’est aussi le corps de mon voisin.

Au centre de la scène, au sommet de la montagne, Jésus, le plus grand, Jésus, le Fils bien aimé, qu’il nous faut écouter. Sa transfiguration est un signe majeur de ce qui nous lie définitivement à Dieu : un corps humain a été habité par la présence de Dieu, par la lumière de Dieu. Et tous les corps de tous les hommes en ont été transfigurés. Ils y ont retrouvé leur dignité.

Bill ViolaEt cela nous invite à percevoir, à contempler plus qu’à comprendre, que désormais, le chemin vers Dieu, ce que nous appelons la vie spirituelle, n’est pas un chemin de fuite du corps, ou d’élévation, mais un chemin d’incarnation.

Comment considérer mon propre corps comme le temple du Saint-Esprit, sans mépris, mais sans effroi ? S’il est un temple, c’est qu’il n’est pas un dieu ou une idole, mais simplement le lieu où Dieu m’a rejoint en son Fils bien-aimé.

Méditation par Frère Jean-Marie Gueullette – Lyon
extrait dominicains@ml.retraitedanslaville.org
Cardinal Jean-Marie Lustiger décédé en la fête de la transfiguration le 5août 2007
Icône : « Relevez-vous et n’ayez pas peur !»
Photo de la pièce de Théâtre "Transfiguration" Bill Viola

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article