Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer                                             François Roger

Prière confiante

20 Octobre 2019 , Rédigé par E.C.P. Publié dans #Prière Universelle

Dans l’évangile de ce jour, voilà qu’il est question de justice. Curieux mot associé à la prière et à la foi. C’est pourtant l’association que Jésus fait au moment d’expliquer à ses disciples la nécessité de persévérer dans la prière. La parabole de la veuve demandant justice est là pour soutenir son propos. Ce juge est là pour rendre justice. C’est sa fonction. 

Pourtant ni Dieu, ni les hommes, ni même la justice ne constituent le levier de son action. Son seul confort motive son action. Alors quand la persévérance de la veuve va jusqu’au bout de son action, c’est la patience qui cède, lui donne raison, ouvrant les portes de la justice. Persévérer dans la justice et sa recherche est donc plus puissant que l’inertie du confort et de l’égoïsme. La ténacité plus puissante que la surdité. 

La prière donne consistance à ce qu’elle demande par la constance. La prière n’est pas variable dans le temps. Elle lui échappe car il ne l’épuise pas. La puissance de la prière réside dans son objet, dans ce qu’elle cherche. 

Or, la prière ne peut chercher autre chose que Dieu lui-même. La prière ouvre vers Dieu. Elle ouvre Dieu. A travers toutes les autres choses, c’est Dieu lui-même qui s’investit, se donne. La prière ne se trompe pas quand elle demande. Elle ne faiblit pas quand elle se tourne réellement vers Dieu car elle se tourne vers la source du temps et de tout le créé. Avec l’auteur, elle possède déjà toutes choses. 

Dieu est communication. Éternelle communication. La prière est le lien entre lui et nous. Notre prière lui permet d’être Dieu : circulation d’amour entre lui et nous. Nous sommes responsables de ce que nous demandons. Si la justice ne prévaut pas naturellement dans notre monde, la persévérance de notre foi doit l’obtenir. 

Nous ne pouvons pas capituler devant ce qui nous accable, car la justice de Dieu est en cours. Dieu ne se met pas à l’abri de nos demandes. Il est venu lui-même les entendre au creux de notre chair. Il est venu fraterniser avec nos angoisses, nos misères et nos replis pour ouvrir ce chemin filial de la confiance et de l’abandon dans le cœur d’un Dieu Père. 

Exauçons Dieu. Faisons-lui justice. Donnons-lui raison en demandant avec lui que règnent l’amour et la paix dans le cœur et la vie des hommes et des femmes.

Equipe Evangile@Peinture - M-D Minassian – Peinture Bernadette Lopez – Fribourg

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article