Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du berceau du fer                                             François Roger

Mort a décharge

14 Avril 2019 , Rédigé par E.C.P. Publié dans #Meditation

Aujourd’hui, c’est le jour où nous entendons les cris d’acclamation de Jésus lors de son entrée à Jérusalem, par la foule de ses disciples, et les cris du peuple réclamant sa mort et la libération à sa place de Barrabas. C’est le jour où nous voyons Jésus vivre avec intensité ses derniers moments et accomplir sa Pâque, tandis que l’un de ses plus proches, mangeant avec lui, allait le trahir et le livrer, et que les autres discouraient et se divisaient à propos de leur rang. 

C’est le jour où nous voyons Jésus lucidement accorder sa confiance et missionner Pierre tandis que les velléités de courage de celui-ci seront mises à mal par l’épreuve du témoignage. 
C’est le jour où nous voyons Jésus dans l’angoisse, déjà abandonné par ses proches accablés de sommeil. 
C’est le jour où nous voyons Jésus ne compter que sur le Père, quand d’autres se saisissent de l’épée. 
C’est le jour où Jésus laisse les ténèbres l’emporter, l’accuser, le condamner, l’injurier, le bafouer, le supplicier, le mettre en croix. 
C’est le jour où nous voyons Jésus demander pardon pour tous ceux-là qui ne savent pas ce qu’ils font. Derniers mots de son humanité réduite désormais au silence. 

C’est le jour où nous voyons Jésus mourir. Sa Pâque est accomplie et nous en voyons les premiers fruits. Un centurion touché par la mort de cet homme juste. Premiers mots de vérité d’une humanité sauvée. Nous voyons une foule s’en retourner en se frappant la poitrine. 
Nous voyons un membre du Conseil qui s’était désolidarisé de tout cela venir prendre soin du corps de Jésus et lui offrir une sépulture digne. 
Nous voyons les femmes en attente de pouvoir s’occuper de son corps avec les aromates qu’elles avaient préparé. 

Silence de ces actes qui parlent de ce que la violence n’a pas réussi à détruire. Jour de contrastes où le meilleur et le pire de l’homme se côtoient. Tout est assumé. La vie n’est pas réduite au silence. Elle poursuit son œuvre. Pour le moment, la vie prend soin de la mort. Elle ne voit rien d’autre. Jésus, le roi des juifs, est mort. 

Mais il a semé sa vie en parcourant la Galilée, en enseignant, en guérissant, en pardonnant. Entrons donc dans cette grande semaine pour revivre avec lui cette mort et ces ténèbres qui paraissent toujours l’emporter, mais regardons la vie semée. Jésus vient pour la moisson. Que voyons-nous de ce récit dans nos vies ? 

Equipe Evangile@Peinture- M-D Minassian- Peinture Bernadette Lopez - Fribourg
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article