Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Panorama du berceau du fer

Pleine Lumière

17 Mars 2019 , Rédigé par E.C.P. Publié dans #Meditation

Il y a des moments forts dans une vie. Pour les trois disciples, accompagner Jésus qui va prier, cela en fait certainement partie. Mais ce qu’ils ont vu et entendu dépasse leur entendement. Pierre d’ailleurs essaie de reprendre le contrôle, de mettre la main sur ce moment inouï. Mais les mots s’évaporent tant ils sont loin de ce qui est en train de se vivre. Ils n’ont pas le poids de ce réel de lumière. Ils ne veulent que le retenir sans y entrer vraiment. Cependant, la prière de Jésus va leur faire vivre l’expérience de toute prière, c’est-à-dire l’entrée dans une perspective nouvelle et dans une parole. 

La prière introduit dans une histoire, dans l’histoire sainte, dans l’Alliance. Par la prière, on rejoint l’expérience de tant d’autres en marche vers le Royaume depuis les Patriarches. Le Je est rejoint par un Nous qui le précède. Le peuple de Dieu nous prend dans sa clameur, nous porte dans l’espérance des promesses de Dieu. 

Et puis la prière c’est l’expérience d’une parole. Pas une parole extérieure, mais une parole qui nous fait entrer en elle, qui nous prend “sous son ombre” et nous invite à l’écoute du Christ. Une parole paternelle qui fait silence et prépare le chemin du Verbe. Une parole qui dissipe toute autre parole et concentre toute l’attention sur Jésus. Parce que Jésus est le Verbe, la Parole du Père pour les hommes. Ce qu’il à dire, il a commencé à le faire. Les mots qu’il prononce sont pleins de tous ses gestes qui accompagnent ses rencontres. Ses mots sont à voir. Ils coïncident. Mais la parole qui vient surpasse toute parole. Elle va se dire à Jérusalem. C’est tellement fort qu’il faut préparer les plus proches. Leur donner à comprendre à posteriori... c’est l’histoire qui est en chemin. Une histoire qui remonte à loin et qui va embrasser loin. Jusqu’à aujourd’hui et demain. Ce sont tous les temps qui ont été traversés par cette pleine lumière. Le Verbe n’est contenu par rien. C’est lui qui nous contient, nous prend avec lui pour nous offrir sa lumière sur toutes choses. C’est lui qui nous fait participer à sa vie et à sa sagesse, à son éternelle présence à la vie des hommes. 

Puissions donc en ce carême entrer dans l’expérience de la prière, de la lumière du Christ sur la vie et les choses. La liturgie de la Parole ne nous conduit pas ailleurs que dans cette proximité du Christ s’offrant aujourd’hui comme hier, transfigurée  pour la vie du monde. 

Equipe Evangile@Peinture- M.-D. Minassian-Peinture Bernadette Lopez - Fribourg

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article