Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Panorama du berceau du fer

La vie éternelle en héritage

14 Octobre 2018 , Rédigé par E.C.P. Publié dans #Méditation

Jésus posa son regard sur lui

 

Voilà une question prégnante, urgente, existentielle déposée aux pieds de Jésus. “Bon maître, que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ?” Jésus passe à proximité de sa vie. L’homme voit en lui la clé de ses interrogations profondes, le maître de sagesse qui lui manque pour travailler au bonheur qui ne se perd pas. Quelle belle intuition! Car il suit la Loi à la lettre, mais cela le laisse insatisfait... Il pratique déjà l’évitement du mal et le respect de ses origines, mais cela lui apparaît trop peu pour prétendre à ce bonheur éternel auquel il semble aspirer.

 

Son désir a vu en Jésus une clé d’avenir. Il ne s’est pas trompé. Jésus est ce qui lui manque. Il est le contenu de cette vie éternelle. Cet homme ne sait pas ce qu’il demande quand il le croise. Il le réalise quand Jésus l’invite à le suivre. La vie éternelle n’est pas autre chose que la vie avec Dieu, préparée dès maintenant par la vie bonne qui s’en tient au bien et au respect des personnes.

 

Mais la moralité n’est pas encore la communion personnelle avec Dieu le seul bien dans une vie. L’homme n’en n’est pas là. Le pas à faire est trop grand. Le détachement de tout bien pour ne se saisir que de celui qui ne passera pas, Jésus, est la clé du bonheur dès ici-bas.

Un centuple, dit Jésus. Mais ce faisant, Jésus a pointé les conditions de la vraie liberté - détachement de tout bien matériel-, la vraie richesse - lui et toutes ces personnes que nous croisons qui deviennent pour nous des parents proches, et le vrai combat, celui de la bonté à l’épreuve d’une partie du monde - les puissants- qui la mettent à mal et créent l’oppression à notre nature humaine et à notre l’environnement.

 

Aujourd’hui, Jésus pose son regard sur chacun de nous, comme il l’a fait pour cet homme. Descendant au plus profond de notre cœur, il nous redit chaque jour :

« tu as du prix à mes yeux et je t’aime. »

 

Puissions-nous donc en ce jour reconnaitre « la paternité de Dieu » en nous laissant aimer par Jésus dans

un « Va » de liberté et de confiance sans limite, et consentir au détachement matériel et spirituel que la bonté exige au quotidien pour entrer dans la vraie liberté qui est d’aimer.

 

Equipe Evangile@Peinture-Peinture Bernadette Lopez - Fribourg

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article