Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de l'Equipe d'Animation Pastorale du berceau du fer

Foules en émoi

5 Juin 2016 , Rédigé par E.A.P

Foules en émoi

Nous sommes placés par l'Evangile du jour à un carrefour. La scène fait se croiser deux foules. L'une qui suit Jésus et ses disciples. L'autre qui suit une veuve qui enterre son fils unique.

Nous voyons Jésus pris de compassion pour cette femme, et s'en approcher pour lui glisser une parole laissant augurer d'un geste qu'il va poser. Jésus touche alors le cercueil, redonne vie au mort et le rend à sa mère. Tous étaient dans la crainte et l'action de grâce devant cette intervention divine.

Nous sommes ici devant une des rares interventions spontanées de Jésus. Ce sont ses entrailles remuées qui l'ont conduit à agir. La situation d'isolement de cette femme, déjà privée de son mari et maintenant de son enfant unique, est insoutenable. Jésus ressent au fond de lui la douleur de cette femme et de cette double perte. Elle se retrouve seule, et c'est bien cela qui va se passer quand la foule entourant les premiers jours de deuil va peu à peu disparaître.
Jésus, par son geste, lui conserve son statut de mère. Il la ré institue dans sa fonction d'accompagner la vie et son développement. Car il est dans l'ordre des choses pour une mère d'être accompagnée vers la mort par un enfant, mais pas l'inverse. Jésus montre ici qu'il est non seulement le maître de la vie, en la ramenant dans l'ordre des choses, mais qu'il éprouve dans sa chair la réalité douloureuse des attachements que la mort vient briser. Nous existons les uns par les autres. Ce sont nos liens qui nous donnent des raisons d'exister.

Ce que ces deux foules ont vécu à ce carrefour, c'est ce rappel précieux que la vie tient par ce fil fragile et fort de l'amour. Ce n'est pas pour rien qu'au moment de mourir sur la croix, Jésus confie l'un à l'autre Marie et le disciple bien-aimé. Il leur redonne ce pouvoir de vie de veiller sur un autre que soit.

L'amour n'est pas autre chose: prendre soin de cet autre qui m'est confié d'une manière spéciale par le Christ qui compte sur cet amour qu'il a déposé en chacun d'entre nous. Nos meilleures raisons de vivre et de nous battre sont à l'extérieur de nous: à la croisée des chemins où la vie défaille et est en attente de cette parole et de ce geste qui changeront le deuil en joie, et rendront la vie à ceux qui sont dans la peine.

Méditation de l’Equipe Evangile@Peinture- Peinture de Bernadette Lopez- Fribourg

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article