Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer

Seigneur si tu le veux, tu peux me purifier

14 Février 2015 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

Seigneur si tu le veux, tu peux me purifier

Aujourd’hui, Jésus s’attaque aux préjugés et à l’exclusion : «Pris de pitié... il étendit la main, le toucha.» L’intention de l’évangéliste n’est pas simplement de rappeler un miracle de guérison, mais bien de nous dire qui est Jésus. Il brisait les barrières des lois humaines et sociales, qui défendaient d’avoir un contact avec les lépreux, il avait pitié des intouchables chassés hors de la ville et rejetés de tous. En agissant ainsi, Jésus devient lui-même un «intouchable» : «Il n’était plus possible à Jésus d’entrer ouvertement dans une ville. Il était obligé d’éviter les lieux habités, de rester à l’écart. Cependant de partout on venait à lui. »

Aujourd’hui, encore, les lépreux et d’exclus dans notre société moderne sont toujours à demander pitié
- Ceux qui vivent dans les bidons-villes à travers le monde et chez-nous
- Les sans travail et les sans-abri
- Les ex-prisonniers qui ne peuvent reprendre leur place dans la société
- Les gens sous l’emprise de la drogue
- Les gens qu’on enferme dans des prisons secrètes et des prisons d’État, où la torture s'abat
- Les personnes âgées qui attendent la mort dans l’isolement et l’abandon
- Les vagues d’immigrants qui arrivent par milliers
- les innocents civils qui souffrent des guerres

Seigneur si tu le veux, tu peux me purifier

Être en contact avec ceux et celles qui souffrent est essentiel à notre engagement chrétien. François d’Assise doit sa conversion en grande partie à une rencontre avec un lépreux. C’est le texte de l’évangile d’aujourd’hui qui l’a fait sortir de sa médiocrité et a provoqué un changement radical dans sa vie. Il écrit dans son Testament : « La vue des lépreux m’était insupportable, mais quand je me sentis intérieurement porté à embrasser l’un d’eux, tout a basculé, tout a changé». François est converti par un baiser. Il est littéralement retourné, transformé, il voit les gens, il voit la vie d’une autre façon.

Il en a été de même pour le Père Damien sur l’île de Molaquai et de Raoul Follereau, un journaliste qui, avec sa femme, a consacré sa vie à la cause des lépreux. C’est lui qui a introduit la journée mondiale des lépreux, une page d’évangile célébrée dans 127 pays.
Le contact de Jésus avec le lépreux est en fait l’équivalent de la parabole du bon Samaritain dans la vie réelle. C’est aussi le symbole de l’intervention de Dieu dans chacune de nos vies.

Seigneur si tu le veux, tu peux me purifier

Derrière l’image de la lèpre, nous retrouvons toutes nos fragilités, nos handicaps, nos toxicomanies, ce qui nous défigure et nous ronge de l’intérieur, tout ce qui nous empêche d’être un membre à part entière de la communauté humaine et d’offrir ce que nous avons d’unique. Tous nous avons besoin de la tendresse de Dieu. Et tous nous sommes invités à suivre l’exemple du Christ, à apporter un peu de réconfort et d’espérance à ceux et celles qui sont malades, rejetés et isolés. Être disciple du Christ, c’est être guéri par lui et marcher à sa suite en agissant comme lui. «Seigneur, si tu le veux, tu peux me guérir»

Extrait de la méditation de Père Allard – Cursillos.ca
Peinture Arcabas « sous le capuchon de François dAssise »
Vitrail de la Paix – Enfants de la
guerre

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article