Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le berceau du fer

La mission de Jésus : ici et ailleurs

7 Février 2015 , Rédigé par E.A.P Publié dans #Méditation

La mission de Jésus : ici et ailleurs

La Bible s’ouvre sur un chant de jubilation, un hymne à la création qui naît des doigts
de Dieu et de sa Parole : « Dieu vit que cela était bon… » Cette affirmation lumineuse ponctue les sept jours primordiaux du récit de la Genèse et nous interroge : si c’est ainsi, pourquoi la souffrance dans l’humanité ?

Si Dieu aime l’homme, pourquoi permet-il la maladie, la souffrance du juste et de l’innocent ? Pourquoi la souffrance de la belle-mère de Simon, celle des autres miraculés de l’Évangile, celle de Job, cet homme juste qui ne connaît que des « nuits de souffrance » ?

Quoi qu’il faille dire de l’origine et de la nature de la souffrance, si sérieuse que soit la signification qu’elle revêt pour nous, une chose est certaine : Dieu a brisé le mal et son empire dans la figure de Jésus Christ.

La mission de Jésus : ici et ailleurs

Regardons-le agir : il prend le temps avec tout le monde. Il relève la belle-mère de Simon. Puis la ville entière se presse vers lui. Il guérit, exorcise, fait taire les démons.
Et quand « tout le monde » le cherche, en raison des bonnes actions qu’il pose, il fait comprendre que la mission de son Père l’appelle « ailleurs ». Il manifeste ainsi sa compassion pour les hommes mais refuse d’être embrigadé. Il puise son énergie dans la prière « bien avant l’aube » et poursuit sa mission, dans la proclamation de la Bonne Nouvelle.


Pour lui, évangéliser, c’est communiquer, au cœur de la vie des gens, l’espérance fondée sur l’amour que Dieu a pour nous. Évangéliser, c’est annoncer cette Bonne Nouvelle : Dieu nous aime, la vie a du sens, la mort n’est qu’un moment de transition.

La mission de Jésus : ici et ailleurs

Nous sommes invités aujourd’hui, à l’instar du Seigneur, à faire renaître l’espoir, à rallumer la lampe qui vacille, à redonner le goût de vivre et la force de continuer le chemin. Savoir accompagner sans juger, aider sans poser de questions, être là pour la personne malade, blessée, accusée, condamnée, jetée par terre... «Jésus fit lever la belle-mère de Simon en la prenant par la main». Et sur la croix, juste avant de mourir, il dira au voleur crucifié avec lui : « Aujourd’hui même, tu seras avec moi dans le paradis ».

Et je suis… et tu es… et nous sommes à la fois et Zachée et Matthieu le publicain et la femme adultère et le lépreux et l’aveugle et la Samaritaine et Jésus redit sans cesse : "Que m’importe ton passé… si tu savais la tendresse infinie que j’ai pour toi… Oui, grâce à toi aussi mon cœur déborde de joie…"

Extrait du Père Jean-Paul Sagadou, assomptionniste – Prions en Eglise N°338
et du Carmel de France- Peinture de Evangile et Peinture Bernadette Lop
ez

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article