Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de l'EAP et des paroisses du Berceau du fer
  • Le blog de l'EAP et des paroisses du Berceau du fer
  • : Paroisse catholique St Martin Hayange, Communauté paroisses du berceau du fer, Serémange, Neufchef, Ranguevaux. Messe, baptême, mariage, communion, Secours Catholique. Prières universelles...
  • Contact

Notre Dame de Hayange

dame 3

Recherche

15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 07:54
C'est bien serviteur bon et fidèle. Entre dans la joie du Seigneur


Un maître fortuné va partir en voyage, longtemps. Et plutôt que de fermer sa maison, licencier tout le monde et mettre sa fortune au chaud à la banque, il la partage et la confie à ses serviteurs. Ceux-là vivaient déjà, indirectement, des biens du maître. Ils doivent maintenant en vivre directement, en devenant responsable.

La parabole des talents est un hommage à la liberté humaine. Ces talents symbolisent les qualités personnelles que nous avons reçues et les responsabilités qui nous ont été confiées : notre famille, nos voisins, les gens avec qui nous vivons, notre monde et son environnement.

Dieu nous fait confiance et s’en remet à nous. Il nous demande d’utiliser les dons reçus pour le bien de notre univers quotidien. Il nous veut créatifs et nous invite à mettre de côté la paresse, l’inertie et la passivité afin de faire quelque chose de beau et de bon pour les gens autour de nous. Il nous dit ce matin : «voilà mes dons, mes talents et voilà les personnes que je vous ai confiées. Allez et portez beaucoup de fruits».
Dans la parabole des talents, Jésus nous rappelle qu’il n’existe pas de vrai christianisme sans engagement et sans risque.

Dans la vie, il nous faut avoir le courage de prendre des risques. Le troisième serviteur a été incapable d’apprécier la confiance et l’estime que le maître avait à son égard. Il s’est enfermé en lui-même et il a fini par prendre peur. Il est sanctionné parce que, par crainte de faire mal, il n’a rien fait, par crainte de se tromper et de ne pas réussir, il est resté paralysé. Il a enterré son talent et raté l’examen.

Cette parabole fait partie du grand discours que Jésus adresse à ses disciples sur le Mont des Oliviers, juste avant d’entrer dans sa Passion. Quelle fortune laisse-t-il, lui qui sera dépouillé même de ses vêtements ? Le témoignage d’une charité active, d’une liberté d’aimer, d’un pardon offert jusque sur la Croix, et surtout la promesse de l’Esprit-Saint, présence et puissance de Dieu en nos cœurs prêt à faire croître et fructifier chacun des actes de charité, de liberté, de pardon que nous pouvons poser.

Il nous faut éviter d’éteindre l’Esprit «qui souffle là où il veut et renouvelle continuellement la face de la terre». Unique fortune mise entre nos mains pour que nous en vivions aujourd’hui et demain. Voilà cette monnaie que nous devons utiliser sans réserve, pour nous permettre de goûter la joie du Maître.

À la fin de notre vie, une simple question nous sera posée : «Est-ce que le petit monde qui nous a été confié par Dieu est plus beau, plus chaleureux, plus juste et plus humain parce que nous avons été là ?» Le Christ dira alors : «C’est bien serviteur bon et fidèle. Entre dans la joie de ton Seigneur».

Réflexion sur l'évangile dominical par le Père Yvon-Michel Allard, s.v.d. cursillos.ca
Peinture « Evangile et Peinture » Berna – Bernadette Lop
ez

Partager cet article

Repost 0
Published by E.A.P - dans Meditation
commenter cet article

commentaires