Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil

  • : Le blog de l'EAP et des paroisses du Berceau du fer
  • Le blog de l'EAP et des paroisses du Berceau du fer
  • : Paroisse catholique St Martin Hayange, Communauté paroisses du berceau du fer, Serémange, Neufchef, Ranguevaux. Messe, baptême, mariage, communion, Secours Catholique. Prières universelles...
  • Contact

Notre Dame de Hayange

dame 3

Recherche

26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 05:40
La porte de la Miséricorde

Le pape François canonise ce dimanche 27 avril au Vatican, en présence du pape émérite Benoît XVI, deux de ses prédécesseurs. Avec Jean XXIII (1958-1963), le pape qui a convoqué le Concile, il confirme Vatican II comme socle de l'Église. Et pour Jean-Paul II (1978-2005), qui fut pape durant 27 ans, il consacre une personnalité au destin hors du commun, à laquelle toute une génération de catholiques s'est identifiée.

Les deux papes ont en commun d’avoir permis, par leur audace visionnaire, au catholicisme d’affronter les défis de l’époque et de poursuivre sa mission d’évangélisation.
Depuis l’an 2000, ainsi l’a voulu le pape Jean-Paul II, le dimanche après Pâque est celui de la Divine Miséricorde. Une miséricorde dont parlait Jean XXIII dans un discours improvisé au moment de l’ouverture de Vatican II : « L’Église préfère recourir au remède de la miséricorde plutôt que de brandir les armes de la sévérité. » C’est bien dans cette lignée que se situe le Jean-Paul II. « N’ayez pas peur ! Ouvrez toutes grandes les portes au Christ ! »
Pourtant dans l’Evangile de ce dimanche, les disciples semblent abandonnés à la maigre protection de portes fermées à clef, eux qui ont vu un tombeau ouvert !
Et Jésus vient ce matin, avec une parole de paix qui prend en compte leur peur légitime, avec ses plaies ouvertes, qui légitiment leur peur. Souffrance, passion, mort ne lui ont pas été épargnées, il ne promet pas aux disciples ni à nous-mêmes un autre chemin.

La porte de la Miséricorde

Mais montrant ses blessures et donnant l’Esprit Saint, il ouvre pour eux une porte dans leur peur et dans leur mort : la porte de la miséricorde et du pardon. Fortifiés d’avoir vu les plaies dans les mains du Ressuscité, les disciples pourront comme lui affronter les péchés des hommes sans se laisser détruire mais en les anéantissant par le pardon qui vient de Dieu. Voilà les portes de justice qui s’ouvrent, celles qui laissent passer l’Amour qui seul demeure éternellement, le pardon qui résiste aux violences et détruit la haine.
Les disciples ont vu le Seigneur, celui qui revenu de la mort l’a détruite. Ils ont cru que Celui-ci est le Christ, le Fils du Dieu vivant, et par leur foi ils ont eu et annoncé pour nous la vie éternelle donnée par le Dieu de miséricorde infinie.
Grâce à l’apôtre Thomas qui a vu et qui a cru, nous pouvons, sans l’avoir vu ou en l’ayant vu, croire dans le Christ, ressuscité des morts et manifesté dans la chair.
Au soir de sa vie, Jean XXIII tiendra ses propos « Ce qui compte le plus dans la vie est Jésus-Christ béni, sa Sainte Eglise, son Evangile, la vérité et la bonté. » Mon Seigneur, et mon Dieu, que vive Vatican II !

Extrait de Dominique Greiner et Chalais.com
Image de Saint Jean XXIII et de Saint Jean-Paul II – Le Jour du Seigneur

Partager cet article

Repost 0
Published by E.A.P - dans Méditation
commenter cet article

commentaires